La vie de prière

Un Souffle d’Amour…

«Le cœur qui rayonne vaut mieux que l’esprit qui brille»

Le «corps à cœur» avec Dieu trouve place dans la prière commune, la prière liturgique, la louange des heures. Mais nous désirons faire de toute notre vie une prière. La présence à Dieu est possible parce que Dieu se tient mystérieusement à nos côtés: «notre cœur intérieur est Sa demeure».

Jésus dit: Demeurez en moi, comme moi en vous. Je suis la vigne; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit; car hors de moi vous ne pouvez rien faire (Jn 15,4-5).

Cette présence à Dieu, attention du cœur intérieur, montre son authenticité dans la qualité de ses fruits: amour, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi (Ga 5, 22-23).

Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudra.
Evangile de Matthieu, 6,6.

Nous prions dans «notre chambre», lorsque nous retirons entièrement notre cœur du tumulte et du bruit des pensées et des soucis, et que, dans une sorte de tête-à-tête secret et de douce intimité, nous câlinons notre Jésus en Le consolant de toutes les iniquités et le remerciant d’être notre hôte intérieur. Alors Il va nous introduire de plus en plus dans l’Intimité qu’Il partage avec Son Père.

Nous prions la porte close, lorsque nous supplions sans ouvrir les lèvres et dans un parfait silence Celui qui ne tient pas compte des paroles, mais regarde au cœur: l’Amant Divin.

Nous prions en secret, lorsque nous parlons à Dieu par le cœur seulement et l’application de l’âme...
Jean Cassien, moine du Ve siècle

La prière personnelle trouve un terrain favorable dans la liturgie, la lectio divina, le silence, et aussi dans le travail et les relations fraternelles mais un moment particulier lui est réservé, où toute autre activité cesse: c’est l’oraison, offrande du temps dans une prière silencieuse, gratuite. Si cette pratique a été formalisée au XVIe siècle, elle plonge ses racines dans une riche et très ancienne tradition chrétienne et monastique. De tout temps, les chrétiens ont tenu en haute estime la prière du cœur, don d’amour qui ne cherche pas de résultat sinon l’amour lui-même.

La prière la plus parfaite et la plus élevée est celle qu’inspirent la contemplation de Dieu et l’ardeur de la charité, lorsque l’âme, absorbée dans l’amour qu’elle a pour son Créateur, lui parle tendrement et familièrement comme à un père...
(Jean Cassien, moine du Ve siècle).

Le silence intérieur, ou encore les paroles du Notre Père peuvent être le support de cette prière, ce qui compte étant l’orientation du cœur, offert à Dieu sans partage. Alors notre oraison est un amoureux attachement à Dieu; une sorte de conversation familière et affectueuse avec la Trinité adorable dans laquelle nous devenons un peu la quatrième personne, comme une danse de feu où l’âme illuminée se tient tranquille, afin de jouir de Dieu aussi longtemps qu’il est permis.

La prière commune: la liturgie ou la louange des heures

Jésus nous dit:
Si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux.
(Evangile de Matthieu, 18, 19-20.)

La prière commune fonde et consolide la Communauté en même temps qu’elle construit la relation de chaque croyant avec son Dieu et avec ses frères.

La liturgie ou prière commune de l’Église inclut la célébration de l’Eucharistie (la Messe) et celle de la louange des heures. Cette dernière est vécue en ermitage au même moment pour signifier notre solitude de communion sauf les vêpres chantées publiquement juste avant la Messe; elle rythme la journée par des Offices, essentiellement constitués de textes bibliques: on y chante les Psaumes, les Hymnes, on y lit d’autres textes importants de la Bible. On intercède pour l’Église et pour tous les hommes.

Toute cette vie de prière- de contact avec le Dieu Vivant- nous prépare à l’Eucharistie qui est le centre et le sommet de la vie de chaque ermite apôtre, et plus largement de chaque chrétien. Avec elle, la louange des heures ou "Œuvre de Dieu" est donc d’une importance centrale dans sa vie.