Dieu est amoureux de nous et Il désire notre Amour. Jésus aime Son Père et lui obéit: est-ce pour nous introduire dans l’intimité qu’Il a avec Lui, qu’il va au désert?

J’ai essayé de mettre en lumière les leçons et les exemples qui nous viennent de Jésus pour ce temps de carême, mais je dois dire que j’ai oublié de parler du plus important de tous. Pourquoi Jésus, après son baptême, s’est-il rendu dans le désert ? Pour être tenté par Satan ? Non, il n’y pensait pas; personne ne va de son propre chef à la recherche de tentations et lui-même il nous a enseigné à prier de ne pas être induit en tentation. Les tentations furent une initiative du démon, permise par le Père, pour la gloire de son Fils et comme enseignement pour nous. Est-il allé au désert pour jeûner ? Aussi, mais pas essentiellement pour cela. Il y alla pour prier! Quand Jésus se retirait dans des lieux déserts c’était toujours pour prier son Père. Il y alla pour s’accorder, comme homme, à la volonté divine, pour approfondir la mission que la voix du Père lui avait fait entrevoir au baptême: la mission du Serviteur obéissant appelé à racheter le monde par la souffrance et l’humiliation. Bref, il y alla pour prier, pour être en intimité avec son Père. Et c’est aussi le but principal de notre carême. Il alla dans le désert pour la même raison qui, selon Luc, un jour, plus tard, lui fit gravir le mont Tabor, c’est-à-dire pour prier (Lc 9,28). On ne va pas dans le désert uniquement pour quitter quelque chose – le vacarme, le monde, les occupations -; on y va surtout pour trouver quelque chose, ou plutôt Quelqu’un. On n’y va pas seulement pour se retrouver, pour entrer en contact avec son « moi » profond, comme dans tant de formes de méditations non chrétiennes. Être seul avec soi-même peut signifier se retrouver dans la pire des compagnies. Le croyant va dans le désert, descend dans son cœur, pour reprendre contact avec Dieu, parce qu’il sait que c’est « dans l’homme intérieur qu’habite la Vérité ». C’est le secret du bonheur et de la paix en cette vie : Que désire de plus un amoureux si ce n’est de rester seul, en intimité, avec la personne aimée ? Dieu est amoureux de nous et désire que nous le soyons de lui.Parlant de son peuple comme d’une épouse, Dieu dit:« Je vais l’entraîner au désert, et je lui parlerai cœur à cœur » (Os2, 16). On sait quel est l’effet d’être amoureux : toutes les choses et toutes les autres personnes reculent, deviennent comme une toile de fond. Il y a une présence qui remplit tout et rend tout le reste « secondaire ». Cette présence n’isole pas des autres, au contraire, elle rend plus attentifs et plus disponibles envers les autres, comme par réflexe, par surabondance d’amour. Oh, si nous, hommes et femmes d’Église, nous pouvions découvrir combien le bonheur et la paix que nous recherchons dans ce monde est si proche de nous! Jésus nous attend au désert : ne le laissons pas seul pendant tout ce temps.